chateau d'alba

visites


horaires d'ouverture

du 18 mars au 28 mai 2017

du mercredi au dimanche et jours fériés de 14h à 18h

du 29 mai au 24 juin 2017

week-end et jours feriés de 14h à 18h

du 25 juin au 17 septembre 2017

du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30

du 20 septembre au 1er novembre 2017

du mercredi au dimanche et jours fériés de 14h à 18h

tarifs

adulte 6€
groupe (associations, clubs dès 10 personnes) 3€
enfant (8-16 ans) 3€
scolaire 1€
handicapé 3€

visites guidées

sur rendez-vous de septembre à juin
tous les jours à 11h et 15h en juillet-août

historique

Alba a d'abord été un site goulois appelé Alb (hauteur, montagne), puis une ville romaine Alba Helviorum (capitale de la province d'Helvie). Au moyen-âge, Alba subit une modification de patronyme en Aps et en 1903 il redevient Alba.

époque romaine

sous la paix romaine, du Ier au IIIe siècle, la ville s'étale dans la plaine, au nord de la rivière Escoutay. Au Ve siècle, suite aux incursions vandales répétées, la cité est en ruine. L'évéché est dès lors transféré à Viviers, contribuant à l'effacement de cette ancienne capitale helvienne.

moyen-âge

au XIe siècle, les évêques de Viviers décident la construction d'un donjon, autour duquel la population se regroupe, formant le premier castrum

du moyen-âge à la révolution

les différentes seigneuries et l'évolution du chateau

la famille d'Aps

famille d'Apsarmoiries qui se lisent : d'argent à la tour crénelée d'azur maçonnée de sable
Nous ne savons que peu de choses de cette famille qui possédait cependant la seigneurie d'Aps depuis le XIe siècle. Un hommage de l'un de ses membres à Arnaud de Vogüé, de Viviers, nous apprend qu'en 1250 Aps était une baronnie

la famille de Deux-Chiens

famille de Deux Chiensarmoiries qui se lisent : de gueule à deux chiens affrontés d'argent
Elle règne durant la seconde partie du XIIIe siècle. Leur nom s'explique par les deux chiens que l'évêque leur offrit en retour d'hommage. En 1267, Pons II de Deux-Chiens se rallie à la couronne de France. Ce dernier mourant sans héritier, le chateau revient à sa nièce Blonde de Deux-Chiens, épouse de Giraud Adhémar

la famille Adhémar

famille Adhémararmoiries qui se lisent : d'or à trois bandes d'azur
Elle règne de 1284 à 1568. Le chateau était à cette époque un donjon carré construit sur le dyke volcanique.
Les Adhémar continuent l'œuvre entreprise par la famille des Deux-Chiens en procédant à l'ajout d'une aile supplémentaire comprenant les actuelles pièces des caves et du rez-de-chaussée, par la suite reprises dans la construction du chateau neuf Renaissance. Mais à la mort de Louis Adhémar en 1568, la prestigieuse famille s'éteint.

la famille de la Baume de Suze

famille de la Baume de Suzearmoiries qui se lisent : d'or à trois chevrons de sable au chef d'azur chargé d'un lion naissant, d'argent armé et lampassé de gueules, couronné d'or
Elle règne de 1612 à 1668. La baronnie revient en 1612 à Georges de la Baume de Suze après d'âpres rivalités de familles qui auront duré près de 50 ans. C'est à la famille de la Baume de Suze que l'on doit l'aspect actuel du chateau, le troisième étage n'ayant jamais été terminé d'aménager. En 1668, Louis François de la Baume de Suze, ruiné, vend la seigneurie d'Aps à la famille de Montagut.

la famille de Montagut

famille de Montagutarmoiries qui se lisent : écartelé : aux 1 et 4 de gueules, à la tour d'argent donjonnée de deux pièces l'une sur l'autre (qui est de Montagut) ; aux 2 et 3 écartelé en sautoir d'argent de gueules
Elle règne de 1668 à 1793. Cette grande famille d'ascendance royale vit à Versailles et ne se préoccupe guère du chateau d'Aps. Laissé à l'abandon, le premier donjon voit sa toiture comme sa façade sud s'effondrer

la fin de l'ancien régime et la révolution

En 1779, les habitants d'Aps refusent de s'acquitter de certaines redevances. Pourtant condamnés à payer, ils s'insurgent, pilllent la bibliothèque, brûlent livres et documents. Le 10 août 1785, 200 personnes envahissent à nouveau le chateau, le saccagent et maltraitent le juge seigneurial ; le procureur fiscal, tentant de leur échapper, meurt en sautant par une fenêtre. En 1793, la famille des Montagut de Beaune, déclarée émigrée, voit l'ensemble de ses biens confisqué et nationalisé. Le chateau, divisé en sept lots est vendu à des familles du village qui l'occupent dès lors et pendant près d'un siècle. La branche des Montagut de Beaune, titrée comte d'Aps, s'eteint quant à elle en 1834.

l'époque moderne

Il faut attendre 1880 pour qu'un enfant du pays, le Dr Gaillard, entreprenne la restauration du chateau. En 1896, l'ancienne tour de Bise (nord), en mauvais état, est démontée. Après la mort du Dr Gaillard (1904), plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'en 1974, date à laquelle le docteur Magdeleine Frimat prend en charge les restaurations qui s'imposent : toiture, fenêtres, rez-de-chaussée, premier, deuxième et troisième étages. Elle ouvre alors le chateau au public, organise des expositions tous les étés et accueille spectacles et séminaires. Aujourd'hui, ses enfants perpétuent son œuvre. La restauration est menée avec l'aide des Monuments historiques, le chateau étant inscrit à l'Inventaire supplémentaire depuis 1939

salles du chateau

rez-de-chaussée

salon vert

créé et aménagé à la fin du XIXe siècle par l'ajout d'un mur séparant une ancienne grande salle commune qui regroupait les pièces. La marqueterie a été réalisée par l'artisan Henri Audouard en 1882-83

cuisine médiévale

vestige de l'ancienne grande salle commune, la grande cheminée fut utilisée sur toute sa longueur avant l'usage de la jardinière (cuisinière à braises XIXe siècle)

salle des fresques

ou ancienne bibliothèque : communiquait avec l'écurie en dessous. La fresque d'inspiration médiévale a été peinte en1934

tour du Marin

cette pièce orientée sud abritait autrefois l'ancienne chapelle du chateau

rez-de-jardin

grande cave et logement des pauvres

Ici le bâtiment actuel prend appui sur le dyke

premier étage

chambre Marie-Antoinette

cette coquette petite chambre est un autre témoignage de l'affection que témoignait le Dr Gaillard à la monarchie

galerie des ruines

communiquant avec le donjon primitif. Fervent royaliste, le Dr Gaillard a laissé de nombreuses dédicaces à la défunte monarchie dont cette porte palière ouvrant sur la galerie des salles qui comporte des symboles commémorant la mort de Louis XVI et de Marie-Antoinette (urnes funéraires)

chambre du roi

mosaïque au sol à fleurs de lys. Au nord, le site de l'ancienne cité gallo-romaine. A l'est, le village médiéval de la Roche et tour du levant d'une hauteur de 30m. Les armoiries situées au dessus de laporte symbolisent l'alliance de sfamilles Beaume-de-Suze et Maugiron

galerie des salles

les tomettes en terre cuite sont de l'époque de la Renaissance

salle de danse

avec son piano à queue Erard 1879 reçoit aujourd'hui des concerts. Aménagements du Dr Gaillard dans le style néo-gothique

chambre de l'évêque

réservée aux évêques de Viviers à l'occasion de leur séjour au chateau

escaliers droits Renaissance en pierre calcaire blanche de Cruas